picto_menu
29 mars 2021

Jeanne

Jeanne nous partage son histoire, son mélanome, les changements que cela implique... et la naissance de sa petite dernière, Carmen !

Raconte-nous… 

Ton histoire en quelque mots :

Pour commencer, j’ai le « profil parfait » pour avoir des mélanomes : je suis née avec une tache de naissance, mon grand-père a eu plusieurs mélanomes en vieillissant, et je suis rousse à la peau relativement claire (pas laiteuse pour autant, mais claire !) et je prends rapidement des taches de rousseur quand je m’expose au soleil… Je rassemble donc plusieurs caractéristiques « de base » propices au développement de mélanomes… 

Mes parents ont donc fait le maximum pour que je sois suivie par le même dermato de mon grand-père, à l’hôpital de Lyon Sud. J’avais une visite de contrôle tous les ans pour surveiller ma peau. A chaque visite annuelle, le médecin me disait que la prochaine fois, il faudrait mieux voir un dermatologue de ville, comme tout le monde, puisque je n’avais pas vraiment de raison, bien qu’en ayant un profil à risque, d’être suivi par un dermato spécialisé en mélanome/cancers de la peau…

En 2018, je sentais que c’était vraiment ma dernière visite avec lui sauf que cette fois-ci, il ne m’a pas parlé de ne plus me suivre, et il m’a même programmé un rendez-vous pour enlever un grain de beauté « par précaution ». Au moment de prendre le rendez-vous, je m’attendais à une date dans 3 ou 4 mois car il a beaucoup de délais, et il me l’a donné 3 semaines plus tard, 2 jours après mes 30 ans, le 18 avril 2018. L’opération fut rapide, anesthésie locale, une petite heure après je rentrais chez moi… Je ne savais pas que c’était un mélanome à ce moment-là, il m’avait expliqué qu’il préférait l’enlever, par sécurité, pour être tranquille pendant l’été. Je pensais avoir si mal et j’avais prévu de travailler dès le lendemain, mais impossible ! J’avais super mal !! 

Je suis retournée à l’hôpital une dizaine de jours plus tard je crois, après analyse de la zone enlevée. Je savais que ce n’était pas bon. Je m’étais préparée à une mauvaise nouvelle. J’y suis allée avec mon mari, et ma sœur qui est médecin, et il m’a donc dit que j’avais un mélanome, pris tôt, mais qu’il faudrait refaire une exérèse plus large et enlever à nouveau 1 ou 2 cm autour de la cicatrice.

Ce jour-là, il m’a expliqué que j’étais interdite de soleil, que maintenant je devais porter au maximum des manches longues, un chapeau, mettre de la crème indice 50… Le pire était d’imaginer d’être « recharcutée » sur cette plaie qui m’avait fait très mal !

Et puis il m’a dit aussi, qu’à présent je devrais le voir deux fois par an.

Ce moment où tu as appris que tu avais un mélanome :

En réalité j’étais plus inquiète le jour où le dermato m’a dit qu’il devait enlever le grain de beauté, que le jour de l’opération, ou le jour du diagnostic. Je me suis vite dit, que ce n’était pas comme les visites précédentes, où je n’avais pas grand-chose à faire ici, mais que cette fois-ci, j’étais bien au bon endroit pour lui… ! Ce qui était évidemment mauvais signe pour moi !

Ça m’a empêché de dormir la nuit qui a suivie cette visite annuelle de routine... Après, je l’avais déjà un peu intégré. Certes ce sont des cellules cancérigènes mais c’est en surface, c’est superficiel et visible à l’œil nu. Une fois qu’on m’a enlevé ce grain de beauté, que je suis bien suivie, je dois moi, faire attention, mais c’est très différent je trouve, que si on m’annonçait un cancer à un organe, avec des opérations vraiment « à l’intérieur du corps », des traitements, examens et suivis lourds et pénibles. 

En plus, c’est sur l’omoplate, ce n’est pas le visage ou une zone que l’on voit tous les jours, moi-même je ne vois jamais ma cicatrice. J’ai juste changé mes habitudes, par exemple, en ville je mets de la crème, alors qu’avant je ne m’en servais (bêtement) qu’à la plage ou au ski..! Si je suis dans la rue, j’essaie de marcher sur le trottoir à l’ombre…

Je ne l'ai pas si mal vécu, parce que je m'y attendais un peu, c’est peut-être mon côté à m’imaginer le pire dans un premier temps, et ensuite penser que tout ira bien dans tous les cas... ! Et puis peut-être par quelques indices de mon dermato... Par contre quand mes parents l’ont su, ils étaient très inquiets, ma maman a fondue en larmes…

Dans tous les cas, il m'a tout de suite rassuré, en me disant qu'il avait été dépisté très tôt, qu'il était petit, superficiel, et que cela ne voulait pas forcément dire que j'allais en avoir un tous les 6 mois... J'étais d’ailleurs un peu stressée pour ma visite suivante, 6 mois plus tard, mais il n'y en avait pas de nouveau...

J’étais surtout inquiète pour mes enfants, j’ai deux petits garçons et j’avais peur qu’ils en aient un, qu’ils doivent être surveillés de près, etc. mais il m'a juste dit de bien les protéger du soleil, et que jusqu'à ce qu'ils soient grands, il n’y avait pas de souci à se faire... Par contre, je suis très vigilante (peut-être plus avec eux, qu'avec moi-même) pour leur protection au soleil... Je choisis vraiment leur crème solaire, bio, etc. Tout comme pour moi, alors qu’avant j’aurais pu m’acheter la moins chère du supermarché..! 

Autre chose qui me faisait du souci, c’était qu’on voulait, mon mari et moi, un troisième enfant, pas dans l’immédiat, mais un ou 2 ans après ce mélanome… Et j’avais un suivi semestriel pendant 3 ans.

Le dermato nous avait dit que si une grossesse était en projet, qu’il faudra lui en parler… J’avais donc très peur de devoir attendre les 3 années de suivi pour envisager une nouvelle grossesse.

Mais un an plus tard, au printemps 2019, je lui ai fait part de notre envie d’avoir un autre bébé et il m’a rassurée, sur le fait, qu’il n’y avait aucun souci, car pas de nouveaux grains de beauté, ou suspects donc pas d’anesthésie/opérations à envisager sur l’année à venir, a priori.

J’ai mis un an avant de retomber enceinte, mais pas de nouveau mélanome entre temps, et ma petite Carmen est née en février 2021 !

Quel a été ton plus gros défi ?

C’était de me faire à l’idée que le soleil, c’est pas pour moi, alors que j’adore +++ la sensation de prendre un café le visage au soleil, ce petit shoot de vitamine D est juste trop bon je trouve..!

Et puis changer ma garde-robe d’été, me séparer des débardeurs, robes dos nus, etc. pour des vêtements légers mais plus couvrants. J’étais tout de même contente d’avoir un bon prétexte pour me racheter des jolis vêtements pour l’été ;) et je me suis fait plaisir…

Avant ça, tu étais plutôt team monoï ou team spray solaire ? 

Plus jeune, quand j’étais ado, j’avais envie de faire comme mes copines, ou ma sœur, et je n’avais pas forcément envie de m’étaler de la crème et d’être toute blanche, je voulais essayer d’avoir la peau dorée, des marques de maillot..! Après je savais que j’étais rousse, donc ce n’était pas pour bronzer, juste vivre au soleil.

Par contre je n’ai jamais fait la crêpe sur la plage, je déteste ça !

Des nouvelles habitudes ? quel est ton quotidien aujourd’hui ?

Dans ce qui a changé aussi à part le fait de me mettre plus à l'ombre, c’est d'essayer de porter beaucoup de jupes longues, de chapeaux mais ça tombe plutôt bien parce que j’adore les chapeaux : du coup, j’en ai un dans ma voiture, un chez moi et un au bureau... J’ai aussi un petit stick de crème visage toujours sur moi, comme ça j’en mets sans avoir les mains qui pèguent…

Et puis aussi j’essaie de surveiller ma peau, de voir si les grains de beauté que j'ai ne changent pas d'aspect, ou si un nouveau apparait...

Une citation :

" Rêve ta vie en couleurs, c'est le secret du bonheur" (Walt Disney)

Parce que quand j'ai eu ce mélanome, et ces 2 interventions, au printemps 2018, (puis mon fils a eu aussi des problèmes de santé quelques mois plus tard, début 2019) j'ai recommencé à créer des choses de mes mains, faire beaucoup de photos, fabriquer des choses pour ou avec mes enfants, et ça me vidait la tête de faire ça... 

Pour certains c'est le jardinage, pour d'autres, le sport, moi c'est de créer des choses qui me permet de m'évader !

Un conseil de 'grand-mère' à partager ? 

- Pour soigner une brûlure, appliquer du dentifrice dessus !

- Pour enlever une tâche de sang sur un tissu sans l'abîmer (c'est une créatrice de robe de mariée qui me l'a appris..!) : frotter doucement avec un glaçon et de la salive de la personne qui a saigné (!) ça part comme par magie

- Pour soigner un rhume (et ça c'est ma grand-mère qui me le dit à chaque fois) : une tisane avec du miel, du citron et du rhum 

- Pour calmer l'allergie au pollen, manger une gousse d'ail cru (dur dur mais testé et approuvé)

Retrouvez Jeanne sur son compte Instagram !